samedi 30 juin 2012

La Voisine prend son pied


…la porte s’ouvrit lentement pour laisser voir un tableau digne des belles soirées du Marquis de Sade. Ma voisine était là, assise jambe écartée, se mirant le minois un fouet entre les cuisses, pendant qu’une soubrette était suppliciée contre un mur aux cavités qui la retenaient prisonnière pour une punition cruelle. Complètement nues toutes les deux, elles semblaient attendre quelque chose et mon petit doigt me disait que c’était moi…

Je repris mon sourire légendaire et m’approchais de ma belle, des idées plein les mirettes. Son miroir et une toge rouge s’échappèrent de ses  mains qui se retrouva telle Eve devant moi.

« Nous vous attendions Capitaine. Peu d’hommes passent par ici et je suis sûre que vous allez aimer nous accompagner dans nos jeux…. ».  J’acquiesçais du chef et mon sabre fut d’accord aussi, retenant l’attention de mon amie la voisine qui sembla hocher en vague de la tête pour mesurer l’engin ou son envie, je ne sais plus. L’autre sembla se défaire en un tour de passe-passe de son mur prisonnier et bientôt, je fus emmené sur le lit pour un jeu dont je ne savais pas les règles mais qui commençait à me plaire.

Bientôt je fus comme un canasson de cirque qui chevauché par-dessus comme un cow-boy, je broutais de ma gueule une paille au goût de miel. Les deux donzelles galopèrent longtemps vers une écurie imaginaire quand je ruais de tous mes fers pour retourner leur amour-propre et hennir de les enfourcher. Mes oreilles se froissèrent de leurs hurlements que je crus avoir traversé l’une après l’autre leurs cœurs et leurs corps.

Non point. Je respirais une dernière fois des aisselles embaumant mes naseaux d’une douce transpiration. Les cheveux longs de ma dulcinée s’étaient enroulés autour de mon bras en protection que sa langue me tétait en reconnaissance. Mes poils hérissés comme par bravade attisant ses yeux de mes bonbons, je devenais à moi tout seul une gourmandise. Pendant ce temps, l’autre gargoulette dansait en se tournant pour que je voie mieux ses jardins embroussaillés et je m’affûtais contre la cuisse bandée de ma belle voisine, comme un loup sauvage à son rocher…

(A suivre)

Dessin : Manara.

13 commentaires:

  1. Quel gourmand ce Jack, le voilà chevauché par deux jolies donzelles...
    On ne s'ennuie guère par chez toi !
    Coquin !
    Bezos Pirate !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bin, c'est l'été, on lâche la bride mais s'aggrippe au tocsin :))

      Besos Aurélie ! ♥

      Supprimer
  2. Ah ben les vacances commencent bien!!!
    Bises Jack

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai de la chance, je le sais !
      Besos et bonnes vacances à toi, Victoria ♥

      Supprimer
    2. Bonnes vacances à toi ♥

      Supprimer
  3. Satisfaire une femme c est être plus qu' un homme, en satisfaire deux c' est être un dieu!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh la vantardise n'était mon dessein, mais bon quand les doigts glissent on sait pas où ça entraîne...:))
      Merci de l'adage magnifique et besos à la déesse des nuits parisiennes ♥

      Supprimer
  4. Ah! comme l'on retrouve le talent de conteur de Jack ! De vraies vacances quoi,pleines d'activités diverses et variées. Que va-t-il se passer ?
    Bisos Jack ♫♫♫
    Domi

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir Capitaine Jack le Rackham ! Votre voisine et sa soubrette ont de bien charmantes occupations , je comprends aisément votre envie de les suivre avec délectation ! Il est bon d'avoir une belle voisine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Jerry, à très bientôt pour la suite alors ! :)

      Supprimer
  6. Voilà une voisine qui semble savoir si prendre avec notre capitaine ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, de bien belles vacances en l’occurrence :)

      Supprimer