vendredi 27 juillet 2012

La Main magique


Balançant dans mon rocking-chair de Capitaine, je regardais autour de moi le vide de mes têtes blondes qui avaient décidé de visiter le monde pour les uns, de rester chez soi à jouer aux derniers jeux vidéos ou regarder les nouveaux blockbusters de l’été. En mon for intérieur, je souriais dans ma barbe nouvelle à la petite histoire que je n’aurais osé leur raconter…

Un jour de répétition où j’avais rendu visite à mon ami le Magicien, je l’attendais dans sa loge car la belle Daniela l’avait prévenu d’un rendez-vous soudain et courtoisie oblige il m’avait proposé son antre magique pour patienter. Jus de fruits aux groseilles et sandwiches de sardines enchantées m’avaient rassasié, quand je vis sur le bord d’une commode une paire de gants blancs qui me rappelaient ceux de ces spectacles. Je les essayais en regardant la porte et estimais que mon ami ne reviendrait pas de sitôt. Ça m’arrangeait en tous cas, et je me mis à faire des gestes en espérant un miracle…

Dirigeant mon index vers un tube de crème, son bouchon sautait et j’hydratais le miroir en écrivant d’une plume élégante le prénom de la belle qui avait accaparé mon ami. A peine le temps de repérer une boîte d’épingles à qui je promettais 1000 sauts périlleux, on frappa à la porte !

« Entrez » répondis-je en hésitant, quand une tête qui ne m’était pas inconnue dépassa de la porte et regarda vers moi. « Jack ! C’est vous… ». Oui, et c’était bien Daniela !

« Oui, c’est bien moi… » Répétais-je, quand elle s’approchait de moi et me raconta une histoire rocambolesque sur son rendez-vous manqué avec mon ami, une sorte de pressentiment pour venir dans sa loge et une irrésistible envie de me voir. Mon jeune tricorne était tendu et sans m’en rendre compte, nous nous allongeâmes sur le canapé à discuter de tout et rien, lui caressant le bras de mes doigts gantés qui semblaient lui faire un effet fou ! Elle avait chaud et commença à se dévêtir tout doucement pendant que je la palpais, tel un médecin qui cherche une maladie inconnue et mystérieuse…

Nous nous pressâmes l’un contre l’autre et nous oubliâmes le temps et le monde, pour nous embrasser comme des amours perdus qui venaient de se retrouver ! Mes mains comme par enchantement semblaient connaître son corps mieux que quiconque et les doigts commencèrent un jeu de caresses magiques que je ne contrôlais même plus ! Nos yeux se croisant en des regards de flamme d’amants ancestraux, nous faisions l’amour en oubliant complètement que notre ami le Magicien pouvait revenir d’un instant à l’autre. Mes doigts courraient sans cesse sur la totalité du  corps nu de Daniela, et plongeant ma dextérité que ces cuisses semblaient désirer, je lui donnais tout entier ces doigts de sortilège qui la firent jouir plusieurs fois, encore et encore !

Nos corps épuisés sur le canapé en nage, nous fumions une cigarette en partageant des regards de feu sur nos souvenirs qui seraient notre secret. J’avais eu le temps d’une après-midi une main magique que m’avait prêté mon ami, aucune confusion pourtant quand à cette trahison ne m'avait sa et c’était comme si c’était lui qui avait fait honneur à notre amie commune...

Pourtant, du coin de l’œil, j’avais remarqué un tube de rouge à lèvres aux symboles étoilés qui avait attisé ma curiosité. Mon amie devina ce à quoi je pensais...Et passant du rouge sur ses lèvres, elle les pinça pour mieux étaler la couleur et d’un coup nous comprîmes les prodigues de ce bâton magique, et que l’après-midi de nos folies n’était pas terminé…




Jack Rackham


6 commentaires:

  1. Réponses
    1. Pour écrire le texte sur la bouche magique ?
      On pourrait appeler ça "La Glace à la vanille" si tu veux !
      Ben, vas-y Rosée, laisse aller ton "inspiration", je te publierais avec plaisir ! :)
      Besos coquine moussaillonne ♥

      Supprimer
  2. Que de merveilles peut faire faire un pirate raconteur de belles histoires, aidé d'un magicien ! Bises colorées Jack ! ♪♥
    Domi

    RépondreSupprimer
  3. Commentaire de Bizak, reçu par mail, car problèmes pour en publier direct =

    "Après la main magique, peut être la bouche magique et comme il n'y'a pas de deux sans trois, phallus-t-il autre chose?"
    Bizak

    (Je viens de le trouver, d'où post tardif de ce comm du 2 août !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois bien l'analogie de ton comm, Bizak :)))

      Jamais deux sans trois oui ! ^^

      Supprimer