mardi 12 mai 2009

L'envie


"Patricia prit la pelote de laine rouge et la leva au dessus de sa tête. Oui, décidément, le comptoir des Indes avait tout ce qu'il fallait pour faire ce pull à Pablo...Où étaient les aiguilles à tricoter ? Il fallait qu'elle s'y mette sur le champ, elle avait hâte de voir son Pablo porter le tricot de son amour...

Pablo la regardait depuis un petit moment, l'oeil canaille, comme elle adorait qu'il la regarde. Elle lui avait pardonné sa plaisanterie d'avant mariage et songeait à toutes ses aventures où elle avait connu nombre de relations sexuelles...Rien que dy penser l'excitait en fait ! Elle avait un petit peu menti à son fiancé sur sa virginité, ne voulant pas l'offenser. Elle était femme et savait à quel moment il fallait se montrer faible ou forte, voyez-vous !

Elle souriait en son for intérieur quand Pablo s'approcha derrière elle, et commença à se coller contre elle. Elle aimait quand il montrait son désir et cela attisait son propre désir. Les mouvements de va-et-vient légers commençaient à produire ses effets et Patricia  sentit peu à peu le feu prendre tout son corps...

Pablo comprit bien ce qui agitait sa compagne et retroussa sa robe jusqu'à la taille. Patricia se défendit et lui lança une tape contre le flan, ce qui l'excita encore plus. "Toi, tou as envie d'oune homme ! Tou vas l'avoir..." Il prit sa nuque et lui écrasa le visage contre les pelotes, pendant qu'elle s'accrochait au rebord du rangeoir. Elle se sentit perdre la tête quand il la pénétra d'un coup sec et ne savait plus où elle était. Tout tourna et elle s'offrit entièrement au bon vouloir de son Pablo...

De râlements inhumains sortaient de la gorge de Patricia pendant qu'entrait et sortait Pablo.Elle semblait vibrer tant Pablo montrait de la vigueur. Des fioles tombaient des étagères et un craquement indiqua un déchirement d'un rideau. Les amants semblaient collés dans un coït ininterrompu. Ils jouirent des dizaines de fois et le temps semblait arrêté tant les meubles avaient l'air immobiles devant de tels ébats.

Puis ce fut fini...

Ce fut Madame Longburry qui prit la parole en premier, pour lancer un " So good..." bien senti, les mains sur les hanches. Les autres clients du Comptoir des Indes semblaient partagés, les uns souriaient pour la performance, les autres fronçaient comme par jalousie.

"Vous prendrez bien les pelotes, au moins ?"Lança une dernière fois Madame Longburry."

20 commentaires:

  1. Whaou!!! Belle description sensuelle ;o)
    On s'y croirait !! ^^;o)
    Bravo !!!
    Punaise j'ai une amie qui s'appelle Patricia !! rire

    Beau texte !!

    Douce soirée ...

    RépondreSupprimer
  2. Et bien, bien le bonjour à ton amie Patricia !
    Merci des compliments...Ca me touche !

    Bonne soirée à toi, Marie !
    Jack.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai chaud; c'est normal? ;)
    Tres chouette texte; j'aime beaucoup!
    Bonne nuit Jack. Prends bien soin de mon petit nuage :o)

    RépondreSupprimer
  4. Tu es un peu émoustillée après tout ça, normal...;-))

    Merci de tes encouragements, je vais m'occuper spécialement de ton petit nuage et lui raconter une petite histoire dont j'ai le secret, oh...!

    Bonne nuit Karine...
    Jack

    PS: On comprend maintenant pourquoi tant de femme tricotent...

    RépondreSupprimer
  5. Un gigantesque frisson de plume...
    Une envie de psalmodier, avide de faire à mon tour gémir et plier le meneur de jeu...

    Merci de ce délicieux moment Jack !

    La grande brune.

    ps: J'aime vous voir sortir votre sabre et pourfendre la vanité. Tour à tour chevalier et pirate.
    Merci

    RépondreSupprimer
  6. Merci de vos élans, grande brune, plier, gémir, tout un programme, puisqu'il vous plait aussi...

    Cette nuit a vu pourfendre un indésirable vaquant sur mon pont et votre radeau, je continue la veille, les vermines n'ont pas de vergogne. A votre service...

    Merci à vous d'écrire !
    Jack

    RépondreSupprimer
  7. "...ils jouirent des dizaines de fois"...pfff...en voilà un cliché tiens!! sourire...

    RépondreSupprimer
  8. Hum...C'est un peu exagéré, je l'admets, mais je suis le maître d'oeuvre et l'amour de mes deux oiseaux méritaient ce feu d'artifice !

    Et j'ai souvenir de...Non, rien ! Sourire aussi...

    RépondreSupprimer
  9. un coucou de Cancannes pendant une pause : je découvre ! j'ai l'envie de te coucher chez moi si t'es dac'

    RépondreSupprimer
  10. C'est plein de bonnes intentions, tout ça !

    On se connait d'un abordage, ou c'est comme ça ?

    RépondreSupprimer
  11. de sabordages sur Tollérama :-)
    roo Marie est passée ici aussi ! bon à plus là , je dérange la salle :-( sinon oui le navire y est !! bises vrillées d'un matelot !

    RépondreSupprimer
  12. Ah, Bérénice, c'est quelque chose ces commentaires ! On se prend au jeu...

    Les histoires de Q, aussi bien que celles de QI...
    Merci de la visite, moussaillonne !

    RépondreSupprimer
  13. J'espere que tu me laisseras un peu de lecture pour mon retour; je te laisse une semaine, t'as de la marge ;o)
    En attendant, que le vent et les flots te soient clements!
    bisous

    RépondreSupprimer
  14. Pendant mon voyage, j'ai pris des notes...Tu vas avoir de la lecture, Karine !

    Bisous là où tu es...

    Jack

    RépondreSupprimer
  15. Ah ben ... C'est animé par ici :-D

    RépondreSupprimer
  16. Ah mais, quand j'écris j'écris, Brigitte ! :-)

    RépondreSupprimer
  17. Je crois qu'il me manque quelques pelotes pour finir mon tricot... Je vais aller faire un tour au comptoir des Indes tiens !

    RépondreSupprimer
  18. Attention qu'un pirate ne soit pas derrière toi à choisir tes pelotes...Quoi que ! ♥

    RépondreSupprimer
  19. Justement, j'espère bien qu'il sera là !

    RépondreSupprimer