vendredi 6 mai 2016

La Véritable histoire de Rackham le Rouge



Il est temps de raconter ma véritable histoire…car si certains anachronismes persistent au long de mes nombreux récits, j’ai réellement existé !

Je m’appelle Jack Rackham et c’est dans un album des aventures de Tintin qu’Hergé révéla au monde entier mon existence. Peut-être de manière un peu fantaisiste car on enjoliva un peu mon histoire en la mélangeant avec les aventures cinématographiques d’un certain Jack Sparrow, pirate bien connu dans les Caraïbes, mais qui utilisa avec culot mes armoiries personnelles : 2 sabres croisés surmontés d’une tête de mort !

Je fus aussi connu sous le sobriquet de Calicot Jack, à cause de mes vêtements très colorés et en coton grossier que j’avais l’habitude de  porter. J’étais déjà un marin qui sillonnait sur les mers de Jamaïque mais au service d’un autre Capitaine, Charles VANE (et non Charles Vanel !), en qualité de Maître timonier. Et ce pour la flotte britannique de sa majesté, sur un navire nommé Le Neptune.^^
Malheureusement, le commandant Vane refuse un jour le combat contre un navire français et je me mets à la tête de quelques mutins pour prendre possession du Neptune et continuer la prise.  Ce qui démarre une carrière de pirate et un premier butin. Pourtant le gouverneur du coin propose un arrangement et un pardon royal afin de soulager les eaux territoriales de tels pirates, et de nous dépouiller au passage d’une partie de nos butins. Grrr ! Mais cela nous sauve d’une condamnation à mort certaine, alors bon...

Nous nous installons après aux BAHAMAS et c’est là que je rencontre ANN BONNY dont je tombe amoureux, femme mariée à James Bonny, un autre pirate. Condamnée au fouet pour son adultère, elle s’enfuit avec moi sur Le Revenge et nous remontons un équipage. Là, Ann prend l’allure d’un homme en se travestissant, pour éviter des soucis avec les hommes en mer  et commence alors la légende de Jack Rackham et sa première femme-lieutenant…Je recrute alors sans le savoir une autre femme Mary READ, travestie elle-aussi, et elle tombe amoureuse rapidement de…Ann Bonny ! Ah ces femmes, j’vous jure !

Nous écumons alors les mers en long et en large, et faut dire que deux femmes ça coûte cher en butin malgré la bonne volonté des deux tigresses, prêtes à tout pour aider « leur » Jack le Pirate. Affaire du Capitaine du Royal QUEEN séduit par les bougresses qui servent à infiltrer le navire et annihiler la force de ses canons. Et celle du beau Capitaine…

Ah, ce fut la belle vie…jusqu’à ce jour d’octobre 1720 où le Capitaine BARNET et ses hommes nous capturent, suite à une soirée trop arrosée où les forces nous manquèrent. Et ce malgré la rage des deux lionnes Ann et Mary, furieuses contre les hommes ivres et me blessant même. Non mais ! 

Nous fûmes condamnés à mort et pendus le 17 novembre 1720, passant nos derniers instants dans la prison de Spanish Town. Les deux filles simulant dans un premier temps des grossesses, Mary meurt finalement d’une fausse couche en 1721 mais Ann fut graciée et nul ne sait comment elle finit sa vie, peut-être dans les bras d’un beau Capitaine ou d’une belle pirate à la peau douce ;)

Voilà, rien à voir donc avec François de Haddoque et ce secret de la Licorne, mais c’est bon de revenir par ici via un blog, pour y raconter sa vie et ses amours imaginaires…

A bientôt les amis !

Jack Rackham




De haut en bas :

Gravure de Jack Rackham.
Drapeau Rackham.
Extrait BD Hergé.
Couverture "Le Trésor de Rackham le Rouge.

9 commentaires:

  1. Vous êtes un vrai personnage mais ça je le savais déjà mon cher Captain.
    Bon dimanche.
    Ingrid

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme une visite du dimanche alors, merci Ingrid ♥

      Supprimer
  2. Il est bon de rappeler de temps en temps cette hagiographie aux néophytes car moi je la connaissais bien, je t'ai même raconté ta rencontre avec Mary dans une courte nouvelle au tout début de notre amitié, tu te souviens de la fille aux yeux de suricate? Tu as intérêt sinon tu seras pendu!

    RépondreSupprimer
  3. Ah bin heu moui...Je viens de la relire, elle est magnifique cette nouvelle, même si mon inculture m'avait éloigné de son identité véritable ;)
    Pour échapper à la pendaison, je copie ci-dessous le lien de ce récit (suffira de le coller dans la barre d'adresse pour y aller), et je mesure encore la qualité de ton amitié nous liant par delà les ans à mon corps défendant mais tout à toi ;)
    Besos éternels ma belle ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Suis-je distrait, voici le lien de cette Veuve Nire incarnant Mary Read, chère Orfeenix♥

      http://rackhamjack-lerouge.blogspot.fr/2011/08/la-veuve-noire-par-orfeenix.html

      Supprimer
    2. Merci je l'avais oublié! Le mien remonte à beaucoup plus loin, au mercredi 30 mars 2011, c'est dire:

      Le pirate a deux secrets, calfeutrés de noir comme son oeil figé, le pirate a deux secrets, l' un doux comme une mer d' été , l' autre terrible comme un cyclone.
      Ce cyclope universel aime une douce tahitienne,sa peau est dorée comme un fruit de la passion et ses yeux de suricate le dévorent en suçotant, ce cyclope énamouré est bruissant du désir d' elle.
      Pirate, la pire hâte ne la fera pas succomber, elle est vierge et en est fière, va plutôt déflorer les vierges forêts des îles tropicales.
      L' autre secret est sa terreur d' un corsaire mystérieux,il chevauche un voltigeur, pire qu' un vaisseau fantôme, tous les marins sont pétrifiés quand il hisse son drapeau de mort.
      Un soir de lune offerte, la douce tahitienne,dénudée, sans corset, demande la tête du corsaire pour prix de son offrande.
      Le pirate se lance à sa poursuite, les yeux de suricate sont ses jumelles, il le trouve enfin, à l' abordage! il mourra s' il le faut pour cette peau de fruit.
      Les voilà, pirate contre corsaire en violent corps à corps, mais quelle est cette émotion tandis que son corps serre? Il lui arrache son masque, et voit: les yeux de suricate qui l' ont envoûté...
      L' histoire ne dit pas qui gagna le combat, la fin se perd dans les murmures de la mer et le roulis des deux bateaux qui tanguent.

      Supprimer
    3. Hmmmm je me souviens...♥
      Merci de l'avoir copié ici, il restera à jamais accolé ce ce blog !
      Un baiser pour ta peine et ce souvenir, au bon goût et avec l'ivresse des profondeurs...♥_♥

      Supprimer
  4. Cet été, n'ayant rien à lire pour m'envoler vers les îles du Cap Vert, j'ai emprunté à ma fille les deux Tomes de Lady Pirate, ainsi tes deux chères amies, m'ont accompagné.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as du passer de bonnes vacances, ces deux chenapandes valent le détour ^^
      Besos ♥

      Supprimer