mardi 24 janvier 2012

Le Journal de Mickey

Entre les cordes et les cales du Poséidon, se sont glissés parfois des destins hors du commun, aux cous burinés, à la salive  lourde de rhum et aux pieds trainant le fardeau de leurs forfaitures.

Mickey Mac Donald avait trouvé pénates il y a longtemps dans les contremurs en bois soutenant les hamacs sur mon navire et son activité d’égorgeur maritime n’avait pas coupé son goût de l’écriture et des femmes. On le voyait tantôt aux bras de demoiselles, chaloupant une démarche et un sourire qui en disaient long, tantôt dans la salle de cantine ou balançant dans son hamac le stylo à la main…

Sa passion des croupes légères avait rejoint son goût de l’écriture et il aimait à immortaliser ses prouesses et ses nuits, racontant le parcours de ses doigts et la sueur des draps. Son carnet recouvert d’un cuir vert qui avait viré pourpre au fil des voyages était posé sur un coffre sous sa couche et nul n’aurait osé y toucher sans penser risquer sa vie. Sa langue sortie comme une tranche de gigot rosé ponctuait les crissements de sa plume et ses yeux ronds remémoraient les détours d’une courtisane, les faveurs d’une fille perdue ou autres aventures rencontrées à l’étage de tavernes ou sur la plage de l’île.

Dans ces pages écornées, Sonia avait aimé ses gros doigts de pirates et ses poils qui semblaient le faire descendre d’une lignée de singe, Paloma et ses tabourets javanais le chevauchaient encore, Angélique et sa langue de tentacule qui l’avaient ensorcelé à jamais, l’image de Marlène et ses seins de légende aux senteurs des Caraïbes profondes, et la toison magique de Carmen qui l’avait rendu fou comme une source de plaisir envenimée…

Autant de récits en hommages à ces femmes admirables qui avaient œuvré pour le bien de l’humanité et qui continuaient encore pour leur propre plaisir. Mickey avait quitté leurs mondes au cours d’une bataille qui avait mal tourné car il est malséant de raconter la mort d’un pirate autrement qu’à la guerre, rouler sur un tonneau de rhum et tomber à la mer n’est pas pour ces marins.

Je repose le calepin après m’être enivré d’une Victoria, d’une Aurélie, d’une Maia , d'une Karine, ou alors d’une Isabelle. Hmmm...

Ces belles respirent encore leur amour et leurs sens. ..

…Et font battre de tout leur corps, encore et pour toujours, ce journal de Mickey !

22 commentaires:

  1. Comme quoi notre rencontre était écrite, Victoria et Mickey MAC DONALD ^^ ... Et puis c'est si bon de voyager avec toi ( dans tous les sens du terme!)
    Besos Pirate ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sacrée Victoria, tu n'en perds pas une et tu as raison (moi non plus ! ) ^^
      On sent bien le balancement du hamac frémir, et on se regarde comme deux Big-Mac émoustillés...Oula :)))
      Besos moussaillonne ♥

      Supprimer
  2. elles en ont de la chance toutes tes copines d'être citées ainsi et mises en exergue :-)
    toi aussi tu as de la chance d'écrire aussi bien, c'est un plaisir ...
    des bisous jack <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha ha Karine, tu vas rire mais j'ai failli mettre ton prénom... ;-))
      Ce n'est que part...Ben tiens, magie de blogger, je le vois à présent :))
      Besos belle moussaillonne ♥
      Jack

      Supprimer
  3. quel honneur ^^ merci ! je n'en demandais pas tant, tu me fais rougir là ...
    et maintenant tu risques d'avoir d'autres demandes de demoiselles ou dames :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le but est de faire plaisir et cela ne demande pas un grand effort de mettre un joli prénom auquel on avait déjà pensé de toutes manières :)) Besos Karine ♥

      Supprimer
  4. Ce n' est pas le journal d' un petit Mickey à mettre entre les mains des souriceaux, et tes grandes dames n' ont rien de Minnie, (toi non plus d' ailleurs!)En revanche méfie toi, je n' ai aucune crainte de poser les mains sur quoi que ce soit, alors surveille bien ton carnet vert!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toujours friponne et malicieuse, chère Isabelle ! :))
      Ce carnet de Mickey, je l'ai complété moi-même et le laisse traîner souvent intentionnellement pour attiser des braises des coeurs esseulés (ou simplement joueurs et coquins) ^^
      Besos Minnie des Caraïbes♥

      Supprimer
  5. je saurai m'en souvenir :-)
    des bisous pirate ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Scritch scritch, je note aussi Karine... Besos ♥

      Supprimer
  6. moi c'est dans mon coeur que je le note ...
    pas de moleskine en vue ni de belle plume comme la tienne :-)

    RépondreSupprimer
  7. C'était donc ton carnet que j'ai vu dans la cabine de mon aventurier. Tu devrais pas lui laisser ainsi, ou lui rappeler que c'est pour les coeurs esseulés ;-) Muxus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben vi...C'est bourré d'imagination ces pirates, hein ? ^^
      Besos Rosée du matin ♥

      Supprimer
  8. Quel bel hommage que de laisser pour la postérité un journal intime traçant les aventures des pirates et des moussaillones sur les océans, qui sans elles, et leur tribulation, la vie aurait été penible sinon fade!

    RépondreSupprimer
  9. Ah je croyais t'avoir laissé un com hier soir mais visiblement il n'est pas passé. Zut !
    Il en a vu le pont de ce bateau. Que de belles autour de toi sacré Jack !
    J'adore être citée et faire partie de ton univers.
    Besos Pirate

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ça bugue par ici... :(
      Suis gâté moi et c'est un plaisir que tu sois de mes invitées ♥
      Besos Aurélie ;-))

      Supprimer
  10. bon sang que c'est joli ce que tu écrit, comme toujours, et si j'avais le grand talent d'Isabelle, je m'associerai à ses mots ...
    ces dessins en plus sont si jolis Jack, ils m'enchantent et c'est beaucoup pour moi

    Moi je ne suis qu'une petite souris Minnie qui passe, repart, repasse, et pourtant ne t'oublies jamais...

    Muchos besos , Jack mon cher Pirate ...

    RépondreSupprimer
  11. Besos ma petite souris Nanou, et merci de tes gentils mots, comme toujours ! ♥

    RépondreSupprimer