jeudi 7 février 2013

Tadzio



L’été vénitien n’avait pas encore rendu son dernier soupir quand je profitais des ultimes jours de vacances pour déambuler dans les dédales de la vieille ville, à la recherche d’aventure ou alors de marchands de glace aux parfums inconnus.

Quand j’errais les mains dans les poches, vêtu de mon costume du dimanche et la mèche blonde flottant au vent, une sorte de transformation s’opérait en moi, tel le loup garou qui faisait basculer la dent de lait en croc carnassier assoiffé de sang ! Ma virilité en bandoulière m’avait attiré en une sombre cave, pour trouver ce que ma curiosité et mon envie attendait depuis longtemps : Une femme.

Se laissant prendre à mon apparence nouvelle d’homme accompli, j’en éprouvais un désir de conquête immédiat et je reluquais sa mèche rebelle de rouquine endiablée, sa croupe de femme campée sur des jambes galbées qui avaient l’habitude de se cramponner à un homme, pour mieux éprouver sa féminité. Sa voix était douce et elle me susurra : « Tu cherches la même chose que moi, un amour éternel  et éphémère à la fois. »

Elle avait raison. Nos corps s’emboîtèrent comme par magie et j’aimais qu’elle m’appartienne telle une putain sans vergogne. Sa peau était dure comme étaient douces ses lèvres, et entre ses cuisses j’étais encastré comme un dans un canoë-kayak, pagayant sans se servir des mains pendant qu’elle plongeait ses yeux tout au fond des miens. Toute retournée, je voyais son dos zébré d’une mèche rousse m’accrochant par son plaisir que je lui donnais du mieux que je pus.

Sentant le sortilège bientôt s’interrompre, je remontais mon pantalon de jeune homme et retrouvait la surface du soleil, laissant derrière moi la courtisane remplie de mon amour et ma jeunesse…


*
Mort à Venise est un film italien  de 1971, réalisé par Luschino Visconti d’après une nouvelle de Thomas Mann. Dirk Bogarde et Silvana Mangano y jouent les rôles principaux, Björn Andresen interprétant celui de Tadzio.



16 commentaires:

  1. Parfait sauf sur un point: les rousses ont la peau douce!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La rousse est douce! C'est une pub de bière québécoise. :)

      http://www.youtube.com/watch?v=Z806Z8TGGsk

      Beau texte Pirate. :D

      Supprimer
    2. "Une rousse c'est meilleur quand elle mousse!" Pub pirate :)

      Merci La Rouge, tu es douce aussi ♥

      Supprimer
  2. Et dire qu'il aurait pu juste tomber sur un marchand de glaces aux saveurs inédites! Le parfum de cette rousse aura été captivant et éternel...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mmh oui, le parfum de l'inconnu a prévalu à celui des glaces, quoi de plus naturel :)
      Je sens entre les lignes que tu aurais choisi toi les glaces ♥

      Supprimer
    2. La gourmandise se décline sous de multiples formes, n'est-ce pas? ;)
      Seul cet instant éphémère aurait pu connaître la nature de mon envie...

      Supprimer
    3. Après moult réflexions, tu aurais dévoré...de la Bande dessinée :))

      Supprimer
    4. Je parie là dessus aussi. ;)

      Supprimer
    5. Oui, mais lue près d'un corps nu!

      Supprimer
    6. Je crois que Rackham sait dégoter un lectorat de coquines et de coquins. ;)

      Supprimer
    7. J'ai le nez fin et souvent le corps nu quand je ne suis pas habillé ;)

      Supprimer
  3. Oh! quelle belle expression: "nos corps s’emboîtèrent!"
    Ce qui me pousse à faire de la poésie:Nos corps s’emboîtèrent, nos bouches se joignirent et nos langues furetèrent!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha ha ! Tu as l'image pieuse et dégourdie, Bizak ! :)

      Supprimer
  4. Bonjour Rackham inspiré ! J'adore l'idée de la virilité en bandoulière attendant la femme envoyée par la providence ...Une ambiance érotique et exotique à la fois ...un petit délice très très explicite !! je te souhaite une belle journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de tes encouragements, ça fait plaisir ! Besos camarade ♥

      Supprimer